“Comme il faut quand même payer, autant que cela soit le plus facile possible”

Contacter le client sur son propre canal plutôt que d’obliger le client à utiliser le canal du requérant: telle est l’approche prônée par AcceptEmail pour réduire les paiements en retard. En Belgique également.

Personne n’aime payer ses factures. Mais il s’agit lˆ d’une obligation. Du coup, pourquoi ne pas faciliter la démarche du consommateur. Les explications de Luc Vanhecke, depuis peu business development mana ger pour le marché belge de la néerlandaise AcceptEmail. "Nous envoyons un SMS ou un courriel au client en lui demandant de régler sa facture. C’est tout, c’est simple comme bonjour", dixit Vanhecke qui peut faire valoir une solide expérience chez Isabel, ZoomIT, Bancontact (Proton) et Vasco (Digipass) notamment.

Rien que le canal
Soit autant de partenaires potentiels plut que de concurrents. "Nous n’utilisons pas de login, n’avons pas de portail et ne traitons pas nous-memes les paiements, outre le fait que nous n’archivons rien", insiste encore Vanhecke. Mais une notification de facture par SMS ou courriel n’est elle pas relativement banale? "L’utilisateur peut activer le paiement directement au départ du courriel ou du SMS, réplique Vanhecke. Le traitement se fait par l’intermédiaire d’un fournisseur de services de paiement comme Ogone ou Worldline en fonction du partenaire choisi par le client. De meme, il est parfaitement possible de payer via l’appli Bancontact."

Reste qu’a nos yeux, il s’agit lˆtoujours d’une solution comparable a celle d’acteurs tels que ZoomIT ou Doccle. "Certes, mais ceux-ci se positionnent davantage dans l’e-facturation et aiguillent le débiteur vers un portail. De notre coté, nous n’options pas sciemment pour ce type d’ap- proche afin de faciliter autant que possible le paiement", explique toujours Vanhecke. Dans AcceptEmail, le client voit également une sorte de fiche de paiement avec un code de couleur. En fait, il s’agit d’un code de couleur interactif, puisque la couleur change dans le mail en fonction de l’avancement du paiement. Bleu signifie que la facture doit encore etre payée, vert que le paiement a été effectué et orange si la date limite de paiement approche. En d’autres termes, la requete de paiement se transforme en preuve de paiement directement apres l’opération. "Cela facilite grandement l’administration pour le client. Pour le consommateur, c’est pratique de ne recevoir qu’un seul courriel pour plusieurs factures."

Projects en Belgique
Aux Pays-Bas, son pays d’origine, AcceptEmail compte déja plus de 600 clients et atteint progressivement le seuil de saturation. Une expansion géographique est donc envisagée, notamment vers la Belgique. "Nous entrons en général dans les entreprises via les collection managers, ces responsables chargés des factures impayées et des mauvais payeurs. Nous pensons que notre solution peut leur faire gagner pas mal de temps et améliorer sensiblement ce que l’on appelle le taux de conversion des paiements", estime toujours Vanhecke.

Dans notre pays, la société compte notamment le VAB comme client. Le service de dépannage utilise AcceptEmail notamment pour les renouvellements des contrats d’assurance assistance. Dans un premier temps, la facture est simplement envoyée par papier, apres quoi le rappel de paiement est envoyé sous forme de courriel. De meme, la Vrije Universiteit Brussel est cliente. Par ailleurs, Vanhecke estime que les écoles constituent un potentiel important, sachant que les factures impayées constituent un probleme important. D’ailleurs, de bons contacts existent déja avec nombre de communautés scolaires. Si AcceptEmail se refuse a préciser son chiffre d’affaires, elle n’en affirme pas moins progresser de l’ordre de 50 % par an. Et d’ici 2016, Vanhecke estime que l’entreprise sera 'autosuffisante’ et parfaitement positionnée sur le marché belge.

Bron: Datanews.be

Claudia op den Velde
Auteur

Claudia op den Velde

Marketing & Communicatie
Belgique (FR)