Pour accélérer le recouvrement, voici les "factures intelligentes"

Après avoir trouvé sa place aux Pays-Bas, AcceptEmail espère convaincre les entreprises belges que son système de factures par e-mail et SMS accélère le recouvrement.

Aux Pays-Bas, où la firme a été lancée en 2006, AcceptEmail revendique quelque 600 entreprises clientes, parmi lesquelles de gros émetteurs de factures, comme les télécoms ou les fournisseurs dénergie. Après les Pays-Bas, la firme veut à présent se développer à l'international: Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne mais aussi la Belgique où l'entreprise a démarré il y a un an. Elle y compte quelques premières entreprises clientes: BMW Financial Services Belux, le courtier en assurances Aon, Santander Consumer Finance (crédit à la consommation) ou encore VAB (assistance dépannage).

AcceptEmail se fait fort d'accélérer le paiement des factures par les clients en leur envoyant un e-mail ou un SMS contenant une "bannière interactive de paiement", qui permet au client de payer aussitôt. Concrètement, le client ouvre son e-mail, clique sur cette bannière (ou sur le liant contenu dans le SMS) et paie dans un environnement sécurisé via un fournisseur de services de paiement (PSP pour Payment Service Provider), que ce soit Ingenico (ex-Ogone) ou Worldline. "Nous sommes bien conscients qu'il existe déjà beaucoup de solutions sur le marché belge, comme Zoomit, Doccle, etc., mais elles se concentrent sur la réduction des coûts en supprimant la facture papier, quand nous visons le paiement effectif des factures, estime Luc Vanhecke, responsable d'AcceptEmail pour la Belgique. Avec nous, pas besoin de se connecter sur tel ou tel portail, il suffit de cliquer sur le lien dans l'e-mail ou le SMS et de payer dans la foulée via PSP. Cela facilite et accélère le paiement par le client." Les "factures intelligentes" d'AcceptEmail sont donc censées faciliter la vie du client mais, surtout, le recouvrement par les entreprises, par exemple en pistant de plus près les retardataires.

Selon Luc Vanhecke, les invitations à payer pourraient à l'avenir se faire, non seulement pas e-mail et SMS mais également par Twitter, Facebook ou WhatsApp lorsqu'elles incluront des possibilités business-to-business.

Source: l'Echo.be

Luc Vanhecke
Auteur

Luc Vanhecke

Country manager Belgium
Belgique (FR)